Les sites des journaux marocains

samedi 24 novembre 2007
Posted by Farid

Erreur technique ou changement de stratégie ? Le dernier numéro de Tel Quel est entièrement accessible sur le net alors que jusqu’à maintenant on ne pourrait lire le magazine sur le web qu’avec une semaine de décalage.
Ce qui nous donne l’occasion de parler des sites webs des journaux marocains. Contrairement à leurs homologues étrangers qui se sont lancés dans des démarches bi-médias (le contenu du journal papier est accessible mais accompagné d’un contenu spécifique au web), les journaux marocains se contentent toujours d’un modèle datant du siècle dernier : la republication des articles parus dans la versions papiers. Et encore ils n’y mettent pas tous l’énergie nécessaire.
Ainsi le site web du Journal Hebdomadaire s’est arrêté au 28 juillet dernier, la publication casablancaise n’a même pas pensé à informer les internautes que le site ne sera plus mis à jour. Du côté de Al Massae c’est chaque jour un incident : le site tout le temps en dérangement est très rarement accessible . Les amateurs de Rachid Nini pourraient cependant lire l’ensemble de ses chroniques sur ce blog.
Maroc Hebdo, historiquement le premier journal marocain a être présent sur le web, a choisi de publier les articles en différé mais offre à ses lecteurs les archives complets de plusieurs années. Quant aux quotidiens francophones ils mettent leur contenu en ligne l’après midi de la parution à l’image des sites de l’Economiste et Aujourd’hui Le Maroc qui fonctionnent bien.
Mais la palme d’or de la créativité est attribué au très officiel le Matin : depuis une semaine on pourrait feuilleter le quotidien en ligne comme on le fait pour la version papier grâce à un logiciel spécialisé. Le produit s’appelle e-matin.

A signaler enfin qu’un liste très complète des journaux marocains avec les URLs de leurs sites web est disponible sur le site de l’ambassade de France au Maroc.

3 commentaires:

~laurent a dit…

Même si il y avait volonté, je ne vois pas comment les médias papier pouraient gagner de l'argent sur Internet (au Maroc):

Une migration sur Internet demande du temps, et donc des moyens. Alors que des journaux « installés » comme le Monde ou Libération ont du mal, depuis plus de 10 ans, à trouver un modèle économique viable sur Internet, comment les quotidiens et magazines marocains, avec leur maigre lectorat, le pourraient ? Le marché de la publicité on-line est inexistant.

Cependant je pense qu'il y a une demande de contenus originaux sur le net. Seulement, les média on-line Made in Maroc vont devoir inventer d'autres modeles économiques.

Driss a dit…

Je vous signale un bon exemple de site web qui différencie le contenu papier de celui web : le magazine BLED.
http://www.bled.ma

Anonyme a dit…

Plusieurs familles possèdent des cabanons situés à la limite de Aïn Sebaa sur la route de Mohamédia à Zénata Aïn Harrouda. Certaines familles y ont leur cabanon depuis plus de 40 ans. Le lot cabanons porte le nom de « club des cinq » et ont été construits sur le terrain qui appartenait à M. Barthélemy Sintés qui vivait avec sa famille au Maroc depuis les années 40 voire, bien avant. Les familles s’acquittaient de la location du terrain auprès de M. Sintés jusque dans les années 80, ensuite l’acquittement du loyer des terrains se faisait auprès de l’Etat.
Les familles sont aujourd’hui consternées depuis qu’un élu leur a purement et simplement sommé de quitter leur habitations car ce dernier a acheté en 2003 le terrain sur lequel sont bâtis en dur les cabanons. Les familles n’ont pas été au courant que l’Etat vendait le terrain et de surcroît à 10 DH le mètre carré, prix que l’élu a réglé pour s’acquérir le terrain. Les familles n’ont été mises au courant de la vente du terrain à cette personne qu’en 2008 et considèrent que c’est un manque d’information.
Aujourd’hui les familles concernées demandent que justice soit faite et se battent pour conserver leurs biens.