Global Voices Online : une couverture partielle de la zone Maroc

lundi 19 novembre 2007
Posted by Farid

Global Voices Online est un projet ambitieux hébergé par l’Université de Harvard qui a pour but de réunir dans un seul site des résumés de ce qui se dit dans la blogosphère mondiale. Des bénévoles spécialisés dans des régions du monde font chaque jour une synthèse des billets publiés par les blogueurs de la zone géographique couverte et publient une revue de blogs pour informer les citoyens du monde de ce qui se passe dans la blogosphère.


Au début du projet c’est la journaliste Farah Kinani qui s’occupait de la zone Maroc. La journaliste parfaitement trilingue (Arabe, Français, Anglais) faisait une revue de la blogoma à périodicité hebdomadaire assez exhaustive n’hésitant pas à donner un coup de pouce aux blogs arabophones très peu médiatisés et à faire des synthèses thématiques en fonction de l’actualité du moment.


Depuis le départ de madame Kinani la couverture de la région Maroc est devenue moins exhaustives et très partiales. Amira Al Hussaini (qui traite par ailleurs la région arabe) et Jillian York (écrivaine installée à Boston après deux ans passés à Meknes) s’occupent désormais du Maroc. Les deux rédactrices ont du mal à suivre l’actualité des blogs marocains surtout les francophones se contenant souvent de réduire la blogoma à sa partie anglophones.


Un exemple pour illustrer ce dilemme. La dernière visite du roi de l’Espagne aux présides occupés Ceuta et Melilla a déclenché une avalanche de réactions dans la blogosphère marocaine. Ces réactions n’ont pas trouvé écho chez Global Voices étant donnée qu’elles étaient l’œuvre des blogs francophones et arabophones donc passées inaperçues pour nos deux rédactrices. Il a fallait qu’un bloggeur Syrien écrit un très court billet en anglais sur le sujet pour que Amira Al Hussaini en rende compte. Ainsi pour rendre compte de ce qui se passe à Rabat Global Voices Online est allé cherché l’information à… Damas !


Cet exemple résume bien le problème : un fait n’a d’existence pour Global Voices Online que s’il est évoqué en anglais. Sinon il est considéré comme non advenu ce qui n’est pas sans poser un problème, le Maroc n’étant pas l’Egypte, l’anglais est très peu utilisé par les bloggeurs locaux. Ce qui induit nécessairement une partialité dans la couverture basée sur cette langue.


Ces remarques n’enlèvent rien au mérité qu’ont Jillian York et Amira Al Hussaini qui, rappelons-le, font ce travail de synthèse à titre bénévole et mérite la gratitude de tous.

2 commentaires:

xoussef a dit…

Cet exemple résume bien le problème : un fait n’a d’existence pour Global Voices Online que s’il est évoqué en anglais. Sinon il est considéré comme non advenu.

Je vous trouve extrêmement dure et injuste dans cette phrase. Vous avez si bien souligné que GV est un projet collaboratif, basé sur le volontariat. S'il n'y a pas de couverture pour le Maroc, c'est que personne ne s'est proposé pour le faire. Vous semblez penser qu'il y a des "postes" attribués, ce qui n'est pas vrai. Si vous voulez, vous pouvez être volontaire pour la Blogma, aux cotés de Jill, et rien n'empêche un troisième ou un quatrième de se joindre au projet.

agharass a dit…

je les aimes bien quand ils me citent et j'ai pas envie de leur parler quand ils m'igniorent !!!